Soror Volume 2

15,00

Grande nouvelle : le second opus de Soror est disponible ! Voici sa couverture, réalisée par Alexandra De Assunçao. Soror présente des femmes conquérantes, libres, des femmes en action. Des modèles oui, mais chacune à leur manière. A travers leurs histoires et leurs inspirants parcours de vie, elles nous apportent une bouffée de courage et d’optimisme. Chaque rencontre est retranscrite sur une dizaine de pages et se compose d’un portrait, d’un entretien et d’une rubrique Poursuivre. Le tout, ponctué de photos et d’une citation en exergue.

Sans publicité, le format de revue indépendante intègre forcément le souci du détail et de la qualité d’impression. Notre souhait : apporter une qualité de lecture en harmonie avec le contenu. Voilà pourquoi l’impression a été réalisée par l’imprimeur Chirat, basé en région Rhône-Alpes.

Voici son sommaire :

Marie-Sophie Obama, présidente déléguée du club professionnel Lyon ASVEL Féminin.
Durant son entretien, Marie-Sophie Obama revient sur l’importance, parfois ambivalente, du basket dans sa vie et ce depuis toute petite. Durant son enfance difficile, le basket se révèle un tuteur, un garde-fou. Mais il est synonyme également de contraintes et de pression ; difficile pour la jeune fille qu’elle est de dévoiler sa personnalité dans ce sport collectif où il faut parfois s’oublier au profit du groupe. Marie-Sophie Obama nous parle aussi sans détour de la maladie et de la mort, omniprésentes durant son parcours, du sentiment d’imposture et de l’importance à ses yeux de la transmission.

Marion Bohé, cheffe chez Le Desjeuneur
Son enthousiasme et sa passion de la cuisine sont communicatifs. D’ailleurs, Marion le répète à plusieurs reprises durant son entretien : l’amour de la cuisine rassemble et ce même au-delà des cultures et des pays qu’elle a pris l’habitude de visiter depuis son adolescence. Cette spécialiste du tour de monde gustatif – qui a ouvert un restaurant à Londres avant de devenir cheffe à Lyon – insiste également sur l’importance de l’affectif, du partage et de la transmission derrière les fourneaux. Elle revient sur son parcours en détails, elle qui se destinait au départ à une carrière d’avocat, et évoque la place des femmes dans la restauration.

Mai Hua, artiste
Difficile de la définir, de résumer son parcours… et cela lui va très bien comme ça. A quarante ans, Mai s’est débarrassée des nombreuses injonctions qu’elle s’imposait. Elle a quitté sa carapace de petite fille modèle, a arrêté de courir après la place de première de classe et de chercher à performer dans tous les domaines. Avec beaucoup de franchise, elle évoque ses multiples casquettes, sa vie de freelance, l’évolution de son blog à ses côtés, son rôle de maman mais aussi sa toute nouvelle aventure : son film, Les Rivières, dédié aux générations de femmes de sa famille.

Ghada Hatem, gynécologue obstétricienne
Il est de ces rencontres qui vous marquent. Il était pour moi évident de consacrer un peu de place à Ghada Hatem dans ce second opus. Elle revient sur son enfance dans un Liban en guerre puis sur son arrivée en France et ses études de médecine. Elle nous explique pourquoi, selon elle, le.la gynécologue est la meilleur(e) ami(e) des femmes et le démontre en revenant en détails sur son grand projet : la création de la Maison des Femmes. Un lieu essentiel pour lequel Ghada doit pourtant toujours convaincre et batailler pour le voir perdurer.

Françoise et Marina Benesty, fondatrices de Harpe
Il était une fois une petite fille toujours fourrée dans les tissus de sa mère, couturière, à défaut d’être dans ses jupons. C’est pour passer plus de temps à ses côtés que Marina a eu l’idée de lancer sa marque de prêt-à-porter made in France avec elle. Mère et fille nous racontent comment la suite a pris forme, sans se presser, en se laissant du temps, sans faire de levée de fonds, tout en restant très à l’écoute de leurs clientes. Désormais Harpe, c’est aussi un showroom parisien et une collection de robes de mariée.

Christine Spengler, photographe de guerre
Est-ce pour fuir sa propre souffrance et faire le deuil de son frère chéri qui s’est suicidé que Christine Spengler est partie immortaliser et témoigner de celle des autres ? Durant plus de trente ans, elle a couvert tous les conflits internationaux, de l’Iran à l’Irak en passant par la Palestine ou le Viet Nam. Avec franchise et humilité, elle m’a raconté son enfance entre la France et l’Espagne, le voyage avec son frère qui a fait naître sa vocation mais aussi son métier de reporter de guerre, revenant sur ses plus célèbres clichés. On a parlé aussi de ses photomontages oniriques et de sa capacité à se fondre dans les décors – n’importe quel décor – et à s’adapter à toutes les situations.

 

Héléna Hugot, fondatrice des Petits Plus

Son enfance à l’étranger aura marqué tout son parcours. Hélèna Hugot s’engage très jeune dans l’humanitaire et dans le milieu associatif. Après une expérience dans l’enseignement, elle fonde les Petits Plus, une école alternative, qui est la somme de ses diverses expériences. Elle nous raconte le concept de cette école d’un nouveau genre et nous détaille les difficultés qu’elle a dû dépasser pour mener à bien cette aventure et créer son entreprise.

Kiyémis, poétesse
A peine 25 ans, Kiyémis est une poétesse afro-féministe engagée qui a fait des réseaux sociaux sa tribune. Comment en est-elle arrivée à déclamer haut et fort son engagement si jeune ? Quelle a été son enfance, quel héritage a-t-elle reçu et quelles personnes l’inspirent ? Elle nous raconte tout en détails et nous parle également de son aventure littéraire.

Description

Le volume 2 de Soror, premier mook – contraction de book et magazine – entièrement composé de portraits et d’entretiens, 100% féminin, 100% solidaire !

Soror – revue indépendante – made in France – tirage limité – sans publicité – 98 pages d’interviews de femmes – Illustration couverture Alexandra De Assunçao – Parution avril 2019.

 

 

Informations complémentaires

Poids 200 g
Dimensions 16.50 × 24 cm

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Soror Volume 2”